Paulin Yao

Ancien ailier rĂ©putĂ© pour sa grande vitesse, Paulin Yao a connu une trentaine de sĂ©lections avec les sĂ©lections R15 et R7 Ivoiriennes au dĂ©but des annĂ©es 2000. Il a notamment Ă©voluĂ© au sein des BĂ©liers de Yamoussoukro et de l’ASPAA, avec qui il a Ă©tĂ© plusieurs fois champion de CĂ´te d’Ivoire . PlongĂ©e au coeur de ses souvenirs .

Ton sentiment au moment de revêtir le maillot de la sélection ?

Comme pour tout athlète, c’est toujours une Ă©motion Ă©norme qui t’envahit. Savoir que tu es sĂ©lectionnĂ© pour reprĂ©senter ton pays, c’est quelque chose d’inoubliable !

Ton meilleur souvenir ?

Ma sélection pour le tournoi de R7 au Kenya où je fus le second meilleur joueur avec 7 essais marqués.

Ton plus grand regret ?

Mon plus grand regret c’est que j’ai Ă©tĂ© vite poussĂ© vers la sortie. Cela m’a Ă©normĂ©ment marquĂ©, c’est vraiment dommage. Un autre regret est que le rugby Ivoirien a perdu de sa ferveur, nous devons retrouver nos lettres de noblesse. J’encourage d’ailleurs le PrĂ©sident Tano et son Ă©quipe qui essaient chaque jour d’apporter des idĂ©es constructives pour le bien ĂŞtre du rugby Ivoirien. J’approuve entièrement les initiatives portĂ©es par le projet CĂ´te d’Ivoire Rugby , notamment la crĂ©ation de l’AcadĂ©mie Max Brito ( qui Ă  mon avis a Ă©tĂ© un peu oubliĂ©) . Je salue le bel apport d’Edgar Babou, Olivier DiomandĂ© et bien d’autres.

Le joueur le plus fort avec qui tu as joué ?

J’ai jouĂ© avec des joueurs que j’ai Ă©normĂ©ment apprĂ©ciĂ©s , je peux citer Tian Silvere Coyotito , Tidiane Kamara , Konan Louis, Roland Yao et bien d’autres. Vu les diffĂ©rents postes occupĂ©s par les uns et les autres , il m’est difficile de dĂ©signer le meilleur joueur. Par contre , il y a des coĂ©quipiers qui ont de la clairvoyance dans le jeu et les joueurs citĂ©s plus haut en font partie.

Les plus grands ambianceurs ?

Je citerai Marco YobouĂ© et Bedel Dogoui et beaucoup d’autres.

Les joueurs perdus de vue que tu aimerais revoir ?

Ils sont malheureusement nombreux les joueurs perdus de vue : Dako Jonathan, Aka Valentin, Kouakou Kan François, Jules Dro…- L’adversaire le plus redoutable que tu as affrontĂ© ? Le SĂ©nĂ©gal, bien que nous sommes sortis Ă  chaque fois victorieux. Mais j’ai apprĂ©cie leur envie, leur combativitĂ©.

Le conseil que tu donnerais à un néo international ?

Je lui conseillerai d’user de beaucoup de discipline , d’abnĂ©gation au travail , de ne jamais se dire que sa place est garantie en sĂ©lection nationale, ni mĂŞme en club. Le dĂ©passement de soi doit se faire au quotidien pour mettre toutes les chances de son cĂ´tĂ©. Que l’amour pour le maillot de l’Ă©quipe nationale soit fort, c’est en cela que tu savoures mieux chaque victoire. Que le sentiment d’excès de confiance ne t’habite pas. En un mot : travail, travail et encore travail !

Paulin garde un oeil sur le rugby mais d’assez loin , mĂŞme s’il souhaite s’en rapprocher et pourquoi pas apporter ses compĂ©tences et son savoir.  » C’est super que Max soit au coeur de l’acadĂ©mie qui porte son nom  » s’enthousiasme l’ancien ailier qui espère que  » de jours meilleurs s’ouvrent pour la balle ovale Ivoirienne  »  » Je profite de cet entretien pour saluer sieur Charles Yapo qui m’a initiĂ© au rugby. J’adresse un coucou Ă  tous les coĂ©quipiers avec qui j’ai passĂ© de bons moments en sĂ©lection, aux grands frères en club qui Ă©taient non seulement des coĂ©quipiers , mais encore plus, des conseillers. Bon vent Ă  la balle ovale en CĂ´te d’Ivoire ! »