Marco Yoboué

Marc Yoboué n’a pas laissé insensible les clubs dans lesquels il est passé, en témoigne la standing ovation du public Limougeaud pour son dernier match l’année dernière . Passé par Frejus St Raphaël, Marseille Vitrolles , Nontron, JA Isle rugby et bien sur Limoges , il s’est bâti une solide réputation en France. Don Marco de Bora bora, son petit surnom au sein du XV  Ivoirien,  a connu environ 15 selections avec l’équipe nationale de Côte d’Ivoire. Il en garde de très bons souvenirs et de très belles rencontres .

Ton ressenti au moment de revêtir le maillot de la selection ?
Mon sentiment est partagé entre la chance que j’ai de représenter mon pays et la fierté de faire partie des meilleurs joueurs nationaux .

Ton meilleur souvenir ?
C’est le titre de champion d’Afrique groupe C à Yamoussoukro en 2013. C’est un trophée inoubliable car c’est grandiose : chaque année les nations performent et sont de plus en plus compétitives, c’est pas tous les ans qu’on peut être champions .

Ton plus grand regret ?
De n’avoir pu qualifier la sélection nationale pour une coupe du monde .

Le joueur le plus fort avec qui tu as joué ?
Silvere Tian et Olivier Diomandé. Ils avaient cette capacité à débloquer les matches , surtout les plus difficiles . De vrais compétiteurs, assoiffés de victoire. J’ai notamment en tête une victoire au Maroc en 2008 , ils étaient au top . Et gagner au Maroc , c’est comme
un derby donc la joie est immense et démesurée.

Le plus grand ambianceur ?

Bedel Dogoui

L’anecdote quand tu n’as jamais racontée ?
Nous étions sortis faire la fête la veille d’un match…Certains ont été ramenés en France…

Le joueur perdu de vue que tu aimerais revoir ?
Kone Daouda .

Le conseil que tu donnerais à un néo international ?
Le conseil que je donnerais c’est de rester soi-même, de respecter les anciens , de s’intégrer rapidement et demontrer que tu mérites de porter le maillot de la selection nationale de Côte d’Ivoire .

Toujours affuté, le solide pilier apporte son expertise en mêlées et en touches aux juniors de Limoges , et rechausse même les crampons à l’occasion pour filer un coups de main.  » Je compte passer les diplômes l’an prochain, on verra bien…. » glisse t-il en forme de conclusion…