Jean Hermann Yao

Jean Hermann Yao a dĂ©couvert le rugby en fĂ©vrier 2001, dans des circonstances douloureuses .  » Mon père venait de quitter le monde des vivants et les amis du quartier sont venus me soutenir. Quand ils sont partis pour le sport j’ai voulu aller avec eux mais ont refusĂ© au vu des circonstances , au vu que la douleur y Ă©tait , de rester Ă  la maison. J’ai insistĂ© car j’avais besoin de libĂ©rer mon esprit et je les ai suivis. C’Ă©tait prĂ©cisĂ©ment le 21 fĂ©vrier 2001. »
ArrivĂ© sur le terrain , plusieurs jeunes de son âge s’entraĂ®nent au milieu des gravats de l’Ă©cole d’Habitat Abobo, sous les ordres de Fofana ( ancien de l’AUC) et d’Aboubacar Soulama, international Ivoirien auteur d’un essai face Ă  la France lors de la Coupe du Monde 95. Il refuse dans un premier temps de participer Ă  l’entraĂ®nement, malgrĂ© l’insistance de son ami Timite Alfred et du coach, prĂ©fĂ©rant observer. Mais l’appel de la balle ovale Ă©tait trop fort et il demande Ă  rentrer dans le jeu .  » Sur le premier ballon que je reçois je me fais plaquer sĂ©vèrement, Ă  tel point que j’ai voulu lui rendre la politesse . »
N’ayant pu rendre la pareille , le jeune Hermann, 17 ans, dĂ©cide de revenir Ă  la sĂ©ance suivante .  » C’est ainsi que je suis rentrĂ© dans le rugby et que je n’en suis plus sorti. J’y ai fondĂ© ma seconde famille. » Toujours ce triste 21 fĂ©vrier 2001…

UN PILIER RECONVERTI TALONNEUR

Il participe au championnat de jeunes avec l’Ă©quipe Adja Madoue Toure et dispute deux finales : la première face au TBO en 2003-2004 au stade Champroux et la seconde face Ă  Divo RC Ă  la CitĂ© du Port.
Ses dĂ©buts dans le championnat seniors se fait avec le club des Ă©tudiants de l’AUC oĂą il cĂ´toie les internationaux Charles Lebon ZamblĂ©, Meite Issiaka dit  » Degaulle », Stan…Puis il se dirige Ă  YORUC sous les ordres de coach feu Bedia, Frebo et coach Gani.
Les coaches de l’ASPAA Michel Aman Bile et Franck Barthelemy Daley Bi reconvertissent le pilier en talonneur Ă  son arrivĂ©e en 2008 . Un souvenir en particulier lui revient en-tĂŞte, la demi finale de son club ( devenu ORCK) face Ă  TRUC en 2014 .  » Au cours de ce match je me souviens n’avoir loupĂ© aucun plaquage , quel que soit le joueur qui se prĂ©sentait en face. Dès que je m’engageais, je parvenais Ă  mettre mon adversaire au sol. A la fin du match j’ai reçu de nombreuses fĂ©licitations, venant de toutes parts. J’en avais les larmes aux yeux. » Malheureusement la finale sera perdue de justesse face Ă  TBO ( 06-03).
La passion l’accompagnant, il porte toujours les couleurs de l’ORCK.

FORMER ET TRANSMETTRE, UNE EVIDENCE

Au cours de sa carrière de joueur, trotte dans sa tĂŞte cette volontĂ© de transmettre et d’aider les autres Ă  travers ce sport . L’occasion lui sera prĂ©sentĂ©e en 2015 quand « Monsieur Sebime me contacte en tant que prof d’EPS, pour que je regroupe des enfants dans leur temps libre pour leur apprendre Ă  jouer au rugby . » Il accepte sans rĂ©flĂ©chir et trouve lĂ  l’opportunitĂ© de rendre au rugby tout ce qu’il lui a apportĂ©.  » J’ai eu une enfance difficile, très difficile mĂŞme, et le rugby m’a donnĂ© une ouverture d’esprit et m’a ouvert de nouveaux horizons. »
Accompagné de ses amis rugbymen de la commune Kone Mamadou , Kam Daniel, Tiekoura Keita , tous coéquipiers, il commence le travail et participe au tournoi de TBO à Sol Béni. Son premier challenge est une réussite car les enfants ont montré « beaucoup de motivation et ont pris du plaisir ».
Tout s’accĂ©lère, les enfants affluent et face au succès rencontrĂ© son centre est rĂ©gularisĂ© et obtient la reconnaissance de la commune en 2016. L’ Olympique Rugby Club Abobo Sogefia ( Orca-s Abobo) Ă©tait nĂ© !

UN PROFOND DEVOUEMENT POUR SES ENFANTS DE L’ORCA-S ABOBO

Une rencontre accĂ©lĂ©rera le processus de dĂ©veloppement de son club : Eric Pestre ( voir son tĂ©moignage sur Hermann ci dessous) .  » Et comme Dieu est Dieu j’ai fait la connaissance de monsieur Eric Pestre, un homme au grand coeur. Il a tout de suite acceptĂ© de nous accompagner et c’est grâce Ă  lui que nous avons notre premier jeu de maillots , une boĂ®te de pharmacie et bien d’autres choses… »

Le club d’Abobo participe Ă  tous les tournois organisĂ©s sur Abidjan , et va très vite organiser le sien . Yacouba KonĂ©, prĂ©sident fondateur du reconnu TRIFAS :  » C’est un des jeunes joueurs Ă©ducateurs Ă  encourager car il fait un super boulot Ă  Abobo Sogefia. Un fidèle des fidèles, ses enfants et lui ont toujours rĂ©pondu prĂ©sents aux diffĂ©rentes Ă©ditions du TRIFAS. Et il faut saluer et prĂ©ciser qu’il a mis en place un tournoi local Ă  Abobo qui fonctionne très bien. Un tournoi qui permet aux fitinis (enfants) rugbymen Abidjanais de se retrouver pour un après midi de joie et de rugby. »
L’ORCA-S est reconnu pour son grand nombre de filles au sein de ses Ă©quipes. Une volontĂ© forte d’Hermann de permettre Ă  ces jeunes filles de pratiquer ce sport , renforcĂ© par le projet PISCCA Ambassade de France.  » Après le dĂ©part d’Éric pour le Congo , c’est son collaborateur Emmanuel Henao qui nous a permis de travailler en collaboration et de bĂ©nĂ©ficier de ce soutien. Ce projet nous permet cette annĂ©e d’avoir une Ă©quipe fille dynamique et motivĂ©e , elles sont transformĂ©es et mĂ©tamorphosĂ©es. « 
Hermann fait référence à la belle prestation des « Amazones » ( entente ORCA-S/CRAC) lors du dernier tournoi Warytt à Songon.  » Elles se sont surpassées pour occuper une belle 3ème place et faire bonne impression. Ce résultat a donné une autre vision du jeu aux filles et une autre mentalité de la vie courante. »

Ne comptant pas ses heures pour la balle ovale , Hermann est aussi membre de la Commission jeune- FĂ©dĂ©ration Ivoirienne de Rugby . Son prĂ©sident Tidiane Kamara tĂ©moigne :  » Hermann fait partie de ceux que j’appelle les passionnĂ©s du rugby. Homme dĂ©vouĂ© pour la cause des enfants et toujours disponible pour la Commission Jeunes que je dirige. Il reste pour moi un homme de valeur et je lui souhaite une bonne continuation pour la suite. »

AVENIR ET PERSPECTIVES

Son objectif est de  » faire d’Abobo la plateforme du rugby fĂ©minin . Et grâce Ă  mes collaborateurs que sont Adjoa Isabelle Yeboua, Seydou TraorĂ©, Amon, et tous ceux qui nous soutiennent de près comme de loin, je sais que nous allons y arriver . »
Avec une telle volonté et de telles valeurs , le rugby à Abobo, notamment féminin, a de beaux jours devant lui !

Le fondateur d’ Orca-s Abobo tient Ă  dire un  » grand merci au PrĂ©sident de la FĂ©dĂ©ration Marcel Tano qui ne cesse de nous soutenir dans tous les sens, Ă  Mr Philippe Chatot pour ses sages conseils qui nous permettent d’avancer, Emmanuel Henao qui nous fait confiance et se sacrifie pour que les filles d’Abobo pratiquent ce sport dans de meilleures conditions, mon frère Arnaud Bomoua , mes doyens Ta Bi, Gani Konan, Guillaume Ezan, Daley Bi Franck, coach Soumahoro, l’homme qui travaille dans le secret Paul Edgar Fotso…Merci Ă  toute la famille de la balle ovale de CĂ´te d’Ivoire. « 

Pour conclure, le témoignage poignant de son mentor Eric Pestre :

« J’ai rencontré Herman bien évidemment sur les bords des terrains de rugby ivoiriens. Je l’ai vu arriver avec sa troupe joyeuse, en tenue dépareillée. Ce qui m’avait marqué à l’époque était le nombre de jeunes rugbywomen qu’il emmenait au rugby. Seul avec l’aide de quelques plus grandes, il gérait ses équipes sans aucun souci. On a appris à se connaître et j’ai découvert un mec simple, d’une humilité incroyable et à l’écoute. C’est quelqu’un qui force le respect quand on voit les conditions dans lesquelles il entraîne tout ses gamins. J’avais à l’époque décidé de le parrainer en achetant maillots, matériels divers et variés car cela semblait naturel au regard de son dévouement quotidien pour faire évoluer ses jeunes d’Abobo grâce au rugby. Il attache aussi beaucoup d’importance au fait de transmettre des valeurs d’éducation à ses gamins. Ainsi lors du tournoi annuel du CRAC en 2016, il a pris tous ses joueurs pour ramasser tous les détritus laissés ca et là durant le tournoi. C’est vraiment un bon mec qui représente les valeurs du rugby: travail, humilité, abnégation. »