olivier_diomande

OLIVIER DIOMANDE : « Monter en compétences et en exigences !! »

Le manager général de la selection nationale Ivoirienne Olivier Diomandé dresse un bilan sans concessions de son premier rendez vous . Suite au match face au Rwanda Rugby, le message est clair : il va falloir bosser à tous les étages !

Bonjour Olivier. Le match face au Rwanda était ton premier en tant que manager général. Dans quel état d’esprit as tu appréhendé ce rendez vous crucial ?

Avec beaucoup d’excitation ! Ce match était clairement ciblé comme le lancement de ce gros projet et j’étais impatient de savoir ce qu’on allait être capable de faire . Il y avait pas mal d’inconnues que ce soit au niveau sportif , accueil , organisation, répartition des tâches…Ça y est la première pierre à l’édifice a été posée ,on sait où on veut aller !

Quel bilan sportif tires tu de ce match ?

Je suis bien sur satisfait de la victoire. Mais il reste beaucoup , beaucoup de travail, il va falloir de la patience pour retrouver une grande équipe nationale . Je vais être exigeant et clair , comme je l’ai toujours été avec moi-même : on ne peut pas se contenter de ça, il va falloir monter en compétences et en exigence !
Nous avons établi une identité de jeu que nous voulons mettre en place , où la condition physique est primordiale. Or, la plupart des joueurs n’étaient pas au rendez vous sur ce point là. Le rugby est un sport dur , qui demande un gros travail en amont , de l’abnégation…Le rugby ne ment pas .

C’était la première aussi pour le staff technique. Qu’as-tu pensé du travail mis en place durant toute la semaine ?

Le temps de travail était court et le staff a fait son max , je suis satisfait de l’implication mise sur ces 4 jours . Mais je veux qu’on soit dans l’exigence la plus totale, la même que l’on demande aux joueurs. Tous les membres du staff n’avaient pas le même degré de préparation, on doit pouvoir faire beaucoup mieux que ce soit en France et en Côte d’Ivoire , notamment dans le suivi des joueurs . Les matches face au Maroc et au Kenya se préparent dès maintenant , je serai plus présent auprès d’eux.

L’organisation d’un tel match nécessite beaucoup de travail et d’anticipation. Que devez vous améliorer pour les grands événements à venir et notamment la réception du Kenya en juin prochain ?

Tout d’abord je tenais à remercier les personnes qui ont entouré le Président ELVIS Marcel TANO pour l’organisation de ce match : Denis Navizet , Ange Kouadio, Hervé Grégoire , Jean Louis Konan…qui ont beaucoup bossé. Mais là aussi , on doit monter en exigence . Il faut vraiment travailler en amont , anticiper , prévoir les choses et ne plus travailler dans l’urgence.
Il faut une grosse capacité de travail pour ceux qui veulent rentrer dans le projet , on doit trouver des personnes motivées et compétentes pour monter en gamme et proposer une meilleure organisation. Surtout quand on voit l’engouement que les enfants portent au rugby et aux joueurs de la sélection nationale .

Justement, pour le tour suivant de la RAC2020 , deux gros morceaux se dressent face aux éléphants. Que penses tu du Kenya et du Maroc ?

Ce sont deux belles équipes et sans manquer de respect au Rwanda , ce sera un tout autre niveau. C’est simple , il va falloir monter le curseur dans tous les domaines : sportif, préparation , rigueur , organisation…..
On a commencé à travailler sur ces matches , à nous de répondre présent et de maitriser notre sujet face à une équipe du Maroc solide, toujours difficile à jouer chez elle , et face au Kenya, une équipe très joueuse .

Quelles sont les perspectives du rugby Ivoirien et les axes de travail prioritaires ?

Concernant le sportif,il y a une réflexion pour avoir un consultant qui vienne chapeauter le staff de manière ponctuelle , quelqu’un de connu et reconnu dans le monde du rugby qui nous apportera une vraie plus-value.
Pour développer le rugby local , qui est une priorité,on prépare l’organisation d’un championnat de rugby à XV et à VII hommes et femmes , l’ouverture de l’académie Max Brito, des tournois pour les écoles de rugby sur tout le territoire, la formation de formateurs , d’arbitres, sur la sécurité….
Nous devons conforter nos liens avec nos nouveaux partenaires, et en ce sens , le projet a pris un gros coup d’accélérateur.
La création d’une table ovale, réseautage inter entreprise autour du rugby , début février à Abidjan œuvre dans ce sens .
Tous ces projets , ainsi que ma présence, sont liés à la poursuite du travail effectué par le Président Marcel Tano qui a su regagner la confiance de ces partenaires , par son travail et son sérieux.
Attention que les personnes qui bénéficient d’une tribune ne mettent pas à mal le projet en étant en permanence dans le dénigrement et ne sachant ni leur intention ni leur projet. Nous avons pour cela invité à Songon tous les protagonistes qui souhaitaient débattre sur l’ avenir du rugby ivoirien et des actions à mener mais malheureusement nous avons pas eu foule…
Nous avons des sessions de travail permanentes, nous identifions des personnes sur qui on peut compter pour développer ce gros potentiel que représente le rugby Ivoirien et qu’il en sorte gagnant .