François Legros

Il a fait partie de la génération d’après coupe du monde 1995, François Legros, vaillant seconde ligne , revient pour nous sur ses années au sein de la sélection Ivoirienne. Il comptabilise une quinzaine de sélections au début des années 2000 et a longtemps évolué dans les championnats de Fédérale 1 et 2 au sein de Monteux, Istres , Valence, Vichy , Marseille Provence XV, Sorgue et Salon de Provence.

François, ton sentiment au moment de revêtir le maillot de la sélection ?

Au moment de revêtir le maillot de la sélection Ivoirienne, je ressentais une certaine pression bien conscient de ne pas jouer uniquement pour moi ou un club mais de représenter tout un pays. Mais aussi beaucoup de gratitude que cette chance me soit donnée.

Ton meilleur souvenir ?

Une victoire au Sénégal (le pays où je suis né) qui me tenait particulièrement à cœur , et aussi les footings au rythme des chants…parfois moqueurs quand l’un des notres avait fauté sur le terrain ou en dehors !

Ton plus grand regret ?

C’est d’avoir été contraint de ralentir puis de mettre un terme à ma carrière en équipe nationale pour raisons professionnelles.

Le joueur le plus fort avec qui tu as joué ?

Le joueur qui m’a le plus impressionné est Silvère TIAN , pas encore au niveau atteint en TOP 14 quelques années plus tard, mais déjà capable d’actions et de gestes techniques dont il avait le secret.

Le plus grand ambianceur ?

Pour l »ambiancement » on pouvait faire confiance à Bedel DOGOUI , toujours en représentation. Avec lui il fallait que ça claque , sur le pré , comme en dehors, Bébéto c’était le gardien du show !

L’anecdote que tu n’as jamais racontée ?

Bon là sur cette question on ne peut pas répondre. Tu n’as qu’à trouver une autre question parce que ça c’est les choses intimes de l’équipe, on est jamais seuls dans l’affaire. On ne peut pas balancer sur le net comme ça !!!

Le joueur perdu de vue que tu aimerais revoir ?

Des frères perdus de vue, il y en a beaucoup ! Le premier qui me vient à l’esprit est Daouda Koné ( touché au foie, ceux qui étaient là savent 😉 )mais aussi Jean Baptiste Sathicq, Marc Yoboué…Et tant d’autres !

Le conseil que tu donnerais à un néo international ?

Les conseils aux futurs et actuels représentants du rugby Ivoirien sur la scène continentale ? Cultivez la vie de votre groupe, votre cohésion , même si ce n’est pas toujours facile, accordez autant ou plus d’importance à vos sélections qu’à un match de phases finales car votre épopée internationale passe encore plus vite que votre carrière sportive !

François vit du côté de Carpentras , où il a monté sa micro entreprise en menuiserie , et ambitionne un projet sur la déco d’intérieur pour « exploiter mon côté créatif mis en sommeil pendant mes années rugby ». Il profite de la richesse de la nature au pied du Mont Ventoux .
Merci et à bientôt François (avec le casque en arrière plan sur la photo) !!
Go elephant !!