Fabrice Brito :  » Viser les World Series d’ici 2/3 ans »

Le sélectionneur national du R7 Ivoirien a passé plus d’un mois en Côte d’Ivoire. Il revient pour nous sur ses échanges avec les acteurs du rugby local et affiche ses ambitions élevées pour les éléphants Seven !

Salut Fabrice et tous nos voeux pour 2021 ! Quels sont tes vœux pour le rugby Ivoirien en cette nouvelle année ?

Que 2021 soit dans la continuité de cette grande aventure lancée pour le rugby Ivoirien avec le projet Côte d’Ivoire rugby.

Tu as passé plus d’ 1 mois en Côte d’Ivoire et en a profité pour aller à la rencontre de plusieurs clubs. Qu’est-ce qui t’a marqué durant ces rencontres ?

La plupart des clubs que j’ai pu rencontrer étaient surpris de voir le sélectionneur national Seven se déplacer pour échanger avec eux mais aussi assister à leurs entraînements.  Or c’est une démarche classique qui sera pérennisée pour maintenir le lien entre la sélection, les clubs et les joueurs .

Qu’est-ce qui ressort principalement  de ces échanges ?

Cette volonté et cette vision d’un échange plus soutenu à court et long terme entre les clubs et la Fédération Ivoirienne de Rugby.  Car la base c’est eux , ce sont eux qui travaillent au quotidien auprès des joueurs . Aidons ces clubs à avancer et exceller , apportons des compétences aux formateurs , formons des éducateurs qualifiés…Une partie du vivier est là.

– D’après toi, quelles sont les forces et richesses du rugby Ivoirien ?

Les forces et richesses du rugby Ivoirien sont bien là : des jeunes athlètes hors normes avec des capacités athlétiques très développées . Il faudra juste les peaufiner à notre effigie, polir ces diamants bruts et leur  inculquer les valeurs rugbystiques qui nous rassemblent .

« Cette expérience (Africa Men’s Sevens 2019) nous servira dans les échéances futures « 

Tu étais present aux côtés de Vincent Sagou pour la Rugby Africa Cup Seven en octobre 2019. Comment s’est passée cette première rencontre avec les joueurs ? Et quelle est ton analyse du tournoi ?

Je retiens notamment un échange très riche en émotions avec Vincent Sagou.
Nous avons eu 15 jours intenses de stage en Afrique du Sud avec ce premier match face au Kenya en tête. Nous sortons de ce match la tête haute malgré la défaite, et au vu du potentiel affiché  notre objectif était clair : gagner la petite finale.
Malheureusement des petites erreurs nous ont coûté cher et nous ont fait déjouer.  Nous passons un peu à côté de la seconde journée , c’est ça le haut niveau. Cette expérience nous servira dans les échéances futures.

Le R7 fait partie des grandes priorités de la FIR. En quoi cette pratique peut elle être un formidable levier de développement pour le rugby en Côte d’Ivoire ?

Oui c’est une priorité de développer le Seven ici en Côte d’Ivoire. Le R7 est un sport ludique qui peut-être aisément développé dans les écoles, les collèges, les universités…Cette pratique peut vraiment faire entrer le rugby dans les mœurs et ainsi devenir un formidable accélérateur  de son développement en terre Ivoirienne .

Quelles sont selon toi les principales qualités requises pour être un bon joueur de Seven ?

Les principales qualités requises pour performer à 7 sont : le potentiel physique , avoir une très bonne gestuelle , la technicité, l’explosivité, la vitesse et le cardio.

Quels sont les objectifs de la sélection nationale R7 cette année ?

Le principal objectif pour cette année est dans un premier temps d’établir un groupe élargi qui sera détecté lors des tournois de la Ligue Ivoire Seven .

Et pour les années à venir ?

La vision pour ces prochaines années est de constituer une équipe compétitive pour arborer les Jeux Olympiques Paris 2024 , ainsi que d’intégrer les World Series d’ici 2/3ans .