Diack Gassama

Diack Gassama

C’est le fondateur de Rugbivoire en personne qui nous fait l’honneur de replonger dans ses souvenirs de sĂ©lection. SĂ©lectionnĂ© environ 17 fois en Ă©quipe nationale de rugby Ă  15 et Ă  7, Diack , demi de mĂŞlĂ©e vif et adroit, a jouĂ© pour AUC, SAT RC et BUROTIC en CĂ´te d’Ivoire avant de venir en France et Ă©voluer Ă  La Rochelle, JouĂ© les Tours, Aubenas, Rodez, Blagnac, Tours et l’ASVEL. Avant de rĂ©pondre aux questions, il souhaite » remercier Fab d’avoir pensĂ© Ă  moi dans cette rubrique destinĂ©e aux anciens internationaux Ivoiriens. »

Diack, quel était ton sentiment au moment de revêtir le maillot de la sélection ?

C’est en 2005 que j’ai revĂŞtu pour la première fois le maillot des Ă©lĂ©phants rugbymen. Tout naturellement pour moi ce fut l’accomplissement de l’un de mes rĂŞves. Porter le maillot de mon pays et dĂ©fendre les couleurs de ma nation…Je n’ai pas fermĂ© les yeux de la nuit. Tout mon parcours depuis l’Ă©cole de rugby jusqu’Ă  ce jour d’appel en sĂ©lection dĂ©filait sans cesse. C’Ă©tait lors d’un match Ă  domicile contre l’Ă©quipe nationale du Zimbabwe au stade Champroux de Marcory. Pendant l’hymne national mon cĹ“ur se remplissait e force et d’Ă©motions positives.

Ton meilleur souvenir ?

Mon meilleur souvenir (lol) il y en a tellement ! Je dirai la victoire au Maroc qui nous ouvrait les portes des demi finale des Ă©liminatoires du mondial. Nous avions gagnĂ© avec la manière en plus, je puis vous l’avouer nous avions une Ă©quipe solide et conquĂ©rante. Si mes souvenirs sont bons c’Ă©tait en 2009 Ă  Casablanca après un super stage de deux semaines effectuĂ© Ă  Tunis.

Ton plus grand regret ?

Mon plus grand regret est d’avoir perdu aux portes de l’accès en Coupe du Monde , nous faisons un match nul Ă  domicile au match aller, et au match retour c’est une dĂ©faite lourde face Ă  la Namibie. Je pense que si nous avions eu la mĂŞme prĂ©paration et les matches amicaux nĂ©cessaires , notre Ă©quipe avec ce fort potentiel aurait pu disputer la Coupe du Monde en Nouvelle ZĂ©lande.

Le joueur le plus fort que tu as cotoyé en sélection ?

En sĂ©lection nationale le plus fort je dirai Silvere TIAN dit « Coyotito », qui est d’ailleurs un ami hors des terrains. Pour moi ce joueur est douĂ©, pĂ©tri de talents. Capable de sortir des actions de gĂ©nie dans un match tendu et serrĂ©. Sa belle carrière en Pro D2 et Top 14 ne me surprend pas.

Le plus grand ambianceur ?

Le plus grand ambianceur ? (rires) . Mister Bebeto dit Bedel DOGOUI. Je faisais patie des mecs qui apportaient cette joie , l’ambiance , la musique avec les potes en sĂ©lection. Lorsque Bedel et moi nous retrouvions en sĂ©lection, c’Ă©tait la totale !

L’anecdote que tu n’as jamais racontĂ©e ?

Tu veux vraiment savoir Fab ? 🙂 Beh nous Ă©tions en stage de prĂ©paration Ă  Bassam, nous Ă©tions interdits de sorties. Mais après ces jours de travail intensif , nous avions besoin de dĂ©compresser , alors en pleine nuit nous sommes sortis en ville. Nous nous sommes rendus dans un bar si ma mĂ©moire est bonne , Baky, Jean Mau, Landry , Coy et moi. A notre retour le lendemain on s’est fait cramer, les entraineurs Ă©taient passĂ©s vĂ©rifier toutes les chambres…. Imaginez la suite , le lendemain sanction sur perdiem + physique Ă  nous couper les jambes (mdrrr) . Nous Ă©tions des fous.

Le joueur perdu de vue que tu aimerais revoir ?

Coyotito et Bebeto . Nos activitĂ©s respectives font que cela fait un bon moment qu’on ne s’est plus revus. Mais je pense qu’on se verra bientĂ´t. Nous avons tellement de fous moments tant sur le terrain qu’en dehors. C’est d’ailleurs ce qui faisait la particularitĂ© de ce groupe, une vraie bande de copains. Cette mĂŞme fraternitĂ© se retrouvait sur le terrain et lĂ  ça envoyait du lourd !

Quels conseils donnerais tu à un néo international ?

Je pourrais donner comme conseil de mettre de la volontĂ© et du cĹ“ur en club et en prĂ©paration individuelle afin d’exceller en sĂ©lection. Lorsqu’on porte le maillot Orange , il faut se souvenir qu’il y a tout un peuple derrière Ă  dĂ©fendre. On donne tout sur le terrain pour le pays.

Merci Ă  Diack d’avoir partagĂ© ces moments de vie en sĂ©lection, c’est important d’avoir ce transfert entre gĂ©nĂ©rations. Après s’ĂŞtre lancĂ© dans la musique, Diacky est aujourd’hui engagĂ© dans la sphère politique de son pays et songe d’ailleurs Ă  un projet pour aider le rugby en CĂ´te d’Ivoire, « sa matĂ©rialisation ne saurait tarder… » !