Côte d’Ivoire vs Maroc (CAN 2013)

Stade INPHB de Yamoussoukro le 29/06/2013
CÔTE D’IVOIRE – MAROC 18-15 (mi temps 06-13)
CI : 2 pénalités de Jean Maurice Oulouma et 4 pénalités de Jonathan LoEquipe : Quentin Poupeau, Ibrahima Konate, Guy Yavo – Issiaka Meite, Arthur Roméo N’Da – Serge Jouve (cap), Paul Diallo, Bakary Méite – Jonathan Lo, Jean Maurice Oulouma – Toussaint Kassi Anzian, Yann Lohoré, Sydney Djiropo, Salif Touré – Louis Konan Kouadio. Entrés en jeu : Dao Gaoussou, Charles Zamble, Idrissa Doumbia, Youzan Benjamin, Christopher Ahipo, Mohamed Dembele, Marius Gohoun, Evrard Oulai. Coaches : André Adopo et Anthony Le Douarin (Préparateur physique)

LE CONTEXTE

Après les évènements de 2010, la sélection nationale de rugby de Côte d’Ivoire, descendue en Groupe C, est en pleine reconstruction. Malgré 2 victoires en 2 matches lors de la CAN 2012, le XV Ivoirien n’est pas promu en Groupe B … La mission du coach André Adopo est donc claire : remporter la CAN 2013 et revenir à de meilleurs standards au niveau du ranking Africain. Via les contacts du coach André Adopo, la sélection démarre sa préparation par un rassemblement de 3 jours à Marcoussis, l’antre du rugby Français, qui se conclue par un match amical face à France U20 , où évoluent notamment Teddy Thomas, Baptiste Serin ou encore Yacouba Camara…Puis le groupe se réunit 15 jours à Yamoussoukro, juste avant le début de la compétition.  » Tous les signaux étaient au vert . Nous avons travaillé dans de bonnes conditions , les installations étaient bonnes, le groupe composé de très bons joueurs, doté de grosses qualités individuelles et collectives, avec une vraie complicité joueurs/staff  » assure le coach Adopo. L’ambiance est excellente au sein du groupe, composé de joueurs aguerris au haut niveau comme Bakary Meite, Serge Jouve , Jean Maurice Oulouma et des jeunes prometteurs, pleins d’envie et d’enthousiasme. Jonathan Lo, jeune demi de mêlée de 19 ans qui découvre la sélection, se souvient que  » l’intégration s’est de suite très bien passée . Je me suis rapidement fait des potes comme Salif, qui m’a pris sous son aile, ou encore des mecs pour qui c’était la 1ere sélection : Quentin Poupeau, Chris Ahipo,…J’étais en chambre avec Mohamed Dembélé avec qui j’ai tissé des liens incroyables ! ».

Les Ivoiriens affrontent la Zambie en ouverture du tournoi. Jonathan Lo :  » J’étais stressé comme jamais. Je me rappelle de Serge Jouve, notre capitaine, qui rigolait en me voyant dans cet état et me disait que ça lui rappelait sa première aussi…On gagne largement et le coach Adopo a l’intelligence de me faire glisser quelques minutes à l’ouverture durant le match, ce qui sera très utile pour la suite de la compétition… »

Le XV Ivoirien remporte aisément ses deux premiers matches face à la Zambie (77-03) et l’Ile Maurice (83-03). Une entrée en matière idéale qui lui permet de  » mette en place notre jeu et trouver l’ossature de l’équipe. Le gros coup dur est la blessure de Marco Yoboué, victime d’une fracture de la jambe. Le groupe s’est ressoudé autour de ça, pour honorer Marco ».

LE MATCH

La finale tant attendue aura lieu : les Ivoiriens affronteront le favori Marocain en finale, et sa pléiade de joueurs pros : Abdel Boutaty (Montauban, Bayonne, Pau…), Mohamed Ben Bouhout (Montauban, Beziers, Carcassonne…), Hamza Zouhair ( Beziers), Mehdi Boundjemaa (Pau)…Avec à sa tête Alain Gaillard, entraineur du Castres Olympique champion de France 1993. Le match est d’entrée est très tendu et le Maroc prend rapidement le score grâce à son buteur Benoit Rieger.  » Le coach Adopo nous avait dit de les jouer sur la largeur , mais il pleuvait des cordes, et on avait décidé de les prendre devant. Mauvaise idée, ils étaient plus lourds que nous… » André Adopo surenchérit :  » Les 20 premières minutes sont très très compliquées , on ne voit pas le jour ». Une grosse bagarre éclate à la 20eme minute qui reste ancrée dans la mémoire de Jo.  » Ils chambraient énormément et s’en est suivi la plus grosse bagarre que j’ai jamais vue ! Voir des mecs comme Roméo N’Da ou Degaulle s’énerver…je ne souhaite à personne de voir cela dans leur vie ! (rires) « .Les deux équipes écopent d’un carton rouge et vont finir le match à 14. Le coup est rude pour les Ivoiriens qui perdent leur buteur et maître à jouer Jean Maurice Oulouma. Perturbés et désorganisés par cette absence , la mi temps arrive à 12-06 pour les visiteurs. La pause marquera un tournant dans le match. Le coach réorganise l’équipe en plaçant Jonathan Lo en 10 et en faisant entrer Mohamed Dembele en 9 à la place d’un 3eme ligne. Puis , un jeune se révèle, « certainement victime d’une poussée de confiance car replacé au coeur du jeu par le coach « , et prend la parole pour relever la tête et redonner confiance au groupe. Le scénario s’inverse, le XV Ivoirien reprend le dessus en mêlée et dans le jeu courant , et le long jeu au pied de Jo permet d’occuper le camp adverse. Sa réussite au pied sanctionne les fautes Marocaines .

 » Sur 3 pénalités, une touche le poteau et rentre, une autre passe limite…Je revois Serge qui me dit c’est un signe il est pour nous ce match ! ». Les joueurs sortis du banc font du bien à l’équipe et le travail du préparateur physique (  » le meilleur que j’ai jamais eu » dixit Jo) porte ses fruits. Le courage et la solidarité des éléphants font le reste .  » On fait une grosse séquence défensive avec Dembele qui se sacrifie en prenant le talon adverse ( qui joue en Top 14 à Pau) lancé à 10m de la ligne. Et que dire des deux mêlées à 5m où Poupeau monte son vis à vis tellement haut ! Il a du voir la dent de Man de là haut ! » se marre le jeune ouvreur. En métronome, et même si le coach Adopo regrettera quelques situations d’essai mal négociées, le demi de mêlée Mohamed Dembele s’appuie sur l’énorme pack Ivoirien pour égréner les dernières minutes avec du pick and go.  » Alors que l’arbitre nous confirme que c’est fini, dans le ruck le 10 adverse me menace d’un grand coup de pied dans la gueule si je ramasse la balle et tape en touche…Du coup , je le regarde avec un grand sourire et pousse juste le ballon du pied (rires) ! « . Même passé à l’ouverture, Jonathan garde ses reflexes de demi de mêlée !La libération ! La Côte d’Ivoire l’emporte 18-15 au terme d’un match ultra tendu et obtient sa montée en Groupe B.

L’APRES MATCH

Joueurs et supporters exultent et se congratulent.  » Mon plus beau souvenir c’est quand l’arbitre a sifflé la fin du match et que le terrain a été envahi, c’était juste magique, se souvient avec émotion Salif Toure. On avait vraiment une grosse grosse équipe avec un mélange d’anciens ( Yavo, Marco, Dragon, Baky…)et des petits jeunes comme Quentin, Paul, Jo…Gros gros souvenir… ».  » Un très grand match physique et mental, un gros soulagement avec cette montée en Groupe B . Ce fut une véritable aventure humaine , avec de grands souvenirs comme cette remise des maillots la veille de la finale chargée d’émotions … » pour André Adopo. Après avoir brandi le trophée devant leur public , une grande et grosse fête attendra joueurs et staff.  » Mais la 3eme mi temps reste en Côte d’Ivoire… » prévient Jo 🙂

Malheureusement  » le seul bémol est que la Fédération n’a pas su capitaliser sur cette belle victoire , et nous avons stagné les 3/4 années suivantes. C’est dommage aussi de n’avoir pas su profiter de cet évènement pour ancrer le rugby dans cette ville de Yamoussoukro » conclut un brin fataliste le coach Adopo.